Circuit de Saint-Lunaire, campagne et mer

Parking du marais
35800 Saint-Lunaire

Description & infos pratiques

Circuit de Saint-Lunaire, campagne et mer –

 

8,5 Km / 2 heures 15

 

Sites d’intérêt visibles du circuit :

La porte à marée du Marais
La porte à marée du Marais existe depuis la création de la digue, construite vers 1904/1905, afin de permettre le passage du petit train reliant Dinard et Saint-Briac-sur-Mer. Autrefois, la mer et les bateaux arrivaient presque jusqu’au niveau du lavoir. Cette porte à flot permet d’éviter que l’eau ne pénètre en amont de la digue par pleine mer. Le bassin de rétention des eaux du Marais a
été réalisé vers 1972/1973. Avant la canalisation de ces eaux, les inondations étaient fréquentes lors des crues et des grandes marées.

La chapelle de La Ville-Revault (privée, ne se visite pas)
La chapelle Sainte-Anne de La Ville-Revault (1688-1850) a été construite à l’emplacement d’une ancienne chapelle datant du Moyen-Âge. Elle a été restaurée dans le style premier Empire. Le blason actuel de la ville de Saint-Lunaire tient son origine de La Ville-Revault puisque c’était les armes des familles de Pontual.

Les plages
Au cours de cette balade, vous traverserez plusieurs plages : Port-Blanc (entre Saint-Lunaire et Dinard), la Fourberie (observez la tour blanche sur le côté droit de la plage,

 

Le Crévelin
En arrière-pays, de jolis chemins permettent de découvrir la campagne verdoyante et boisée, entrecoupée par les méandres du Crévelin. Autrefois, les habitants de Saint-Lunaire cultivaient le lin et le chanvre pour en faire des vêtements, du linge de maison, des voiles de bateau… Avant d’utiliser les fibres des plantes, il fallait les faire tremper longuement, autrement dit, les rouir ou les crever dans l’eau. Le ruisseau du Crévelin se prêtait très bien à cette opération de crever le lin, d’où l’origine de son nom.

Les hameaux
Avant de devenir une station balnéaire, Saint-Lunaire était un bourg agricole et marin. Vous découvrirez des hameaux caractéristiques de l’architecture rurale bretonne (La Ville-ès-Quelmées, Le Pont). Les maisons en granit sont collées les unes contre les autres et forment une rangée. Les façades sont orientées vers le sud, les ouvertures du côté nord, exposées aux vents dominants, sont limitées. Les habitants se partageaient souvent le puits, la fontaine ou le fournil, situés dans une cour commune. Ces maisons n’ont généralement pas de jardin, mais une courette sur le devant où l’arrière pour entreposer le matériel de pêche et agricole. La plupart des marins cultivaient une parcelle de terre et possédaient quelques bêtes.

Résultats similaires