Circuit le Poudouvre

Parking de la salle omnisports
35730 Pleurtuit

Description & infos pratiques

Le Poudouvre –

 

25 Km / 6 heures 15 minutes

Sites d’intérêt visibles du circuit :

Les chantiers navals et la cale sèche de La Landriais.
Depuis toujours, on trouve de nombreux chantiers navals en bord de Rance. Certains ont cessé leur activité, d’autres fonctionnent toujours et ont été reconvertis pour les besoins de la plaisance (La Landriais, Le Grand-Val et Tanet). Autrefois La Rance était un axe économique important, avec les chalands qui livraient entre autre du bois de construction navale à Saint-Malo et du cidre. En chemin, ne manquez pas la cale sèche de La Landriais, construite en 1905 pour réparer les bateaux de Terre-Neuve. Proche de la mer, peuplé de paysans, le village comptait de nombreux marins-pêcheurs qui embarquaient pour des campagnes de pêche à Terre-Neuve. Les pêcheurs emmenaient, à bord de leurs bateaux de petites barques à fond plat servant à tendre les lignes pour pêcher la morue : les doris. Une fête pour célébrer ce patrimoine maritime a lieu chaque année sur La Rance en août : la fête des doris, de cale en cale.

Le Poudouvre.
Le Poudouvre vient de « Paou Doubro » qui signifie pays entre deux rives ou pays des eaux. Au XIe s., Pleurtuit appartenait à la Vicomté du Poudouvre, c’est-à-dire le territoire situé entre les rivières de l’Arguenon et de La Rance.

La Rance.
La Rance prend sa source à Collinée (22) et se jette dans La Manche entre Dinard et Saint-Malo. Elle abrite de nombreuses espèces végétales et animales, dont certaines sont protégées. La Rance est un site majeur d’accueil des oiseaux migrateurs. Plus de 200 espèces ont été signalées. On y trouve aussi des espèces animales rares (phoque, veau marin, marsouin).

Les moulins à marée.
Il y a eu jusqu’à 14 moulins à marée en activité (du XV e au XXe s.) sur les bords de Rance. L’énergie des marées permettait de moudre le grain pour faire de la farine. En chemin, vous pourrez voir le Moulin-Neuf, aujourd’hui transformé en chambres d’hôtes, et les vestiges des moulins à marée du Montmarin, Fosse-Mort et de La Herviais.

Montmarin.
Au XVIII e s., les armateurs de Saint-Malo ont construit de nombreuses résidences appelées malouinières sur les bords de Rance. Les jardins de la malouinière du Montmarin se visitent d’avril à octobre. Au XVIIe s., un armateur transforma le site de l’anse du Montmarin en chantiers navals qui emploieront jusqu’à 1 200 ouvriers.

Jouvente.
Jouvente a été un important passage pour le franchissement de La Rance depuis l’époque gallo-romaine. La cale de Jouvente était le premier tronçon de la voie romaine Corseul-Ploubalay et Pleurtuit-Saint-Malo par La Passagère, cale en face de Jouvente distante d’un kilomètre. Autrefois, la traversée de La Rance était assurée par un batelier qui logeait à La Passagère. Pour l’appeler, les clients de Jouvente actionnaient une cloche. Ce service fut assuré jusqu’à la construction du barrage dans les années 1960. Le support de la cloche subsiste toujours. Aujourd’hui, les terrasses des restaurants et de l’hôtel vous proposent une halte rafraîchissante devant un panorama sur La Rance. Remarquez en chemin le château de Jouvente, construit au XIXe s., entouré d’un parc fleuri.

 

 

Résultats similaires