Circuit le littoral de Saint-Briac

Pont du Frémur
35800 Saint-Briac-Sur-Mer

Description & infos pratiques

Circuit le littoral de Saint-Briac –

 

12 Km / 3 heures

Sites d’intérêt visibles du circuit :

Le centre historique de Saint-Briac.
Avant de devenir une station balnéaire, Saint-Briac-sur-Mer était un village de marins. Une importante activité maritime animait le port dans l’anse du Béchet. Les briacins étaient des marins reconnus et recherchés. Au XIXe s., le village comptait de très nombreux capitaines au long-cours, des seconds, des mousses et aussi des pêcheurs à Terre-Neuve. À l’église, vous remarquerez les maquereaux sculptés en relief sur les murs extérieurs. Le clocher classé aux Monuments Historiques date de 1688. Ces éléments proviennent de l’ancienne église construite au XVIIe s., financée en partie grâce au concours des marins. L’église actuelle a été construite en 1868. Les vitraux retracent la vie de Briac, moine venu d’Irlande, qui créa au VIe s. un petit monastère au village de La Chapelle. La cour d’Enfer est la place principale du bourg au XVIIIe s. Les maisons qui l’entourent sont principalement des maisons de marins et des cabarets où les marins venaient se distraire après leurs campagnes de pêche.

Le balcon d’Émeraude et le chemin des peintres.
Le balcon d’Émeraude inauguré en 1931 facilite l’accès au pont sur le Frémur, et remplace l’ancienne passerelle immergée ou la barque du passeur autrefois utilisée pour franchir la ria. Des reproductions de peinture y sont installées. En effet, les paysages briacins n’ont pas manqué d’inspirer de nombreux artistes peintres : Émile Bernard, Auguste Renoir, Paul Signac ou Henri Rivière.

Le château du Nessay.
Construit à la fin du XIXe s. à l’emplacement d’un ancien château fort, la demeure s’inspire de l’architecture médiévale avec des tourelles et des mâchicoulis. A l’arrière, se trouve une petite chapelle qui fut un corps de garde et une prison. Les canons d’origine hollandaise datent des XVIIe et XVIIIe s.

Les dunes du Perron et du Port-Hue.
Elles ont été fortement dégradées par l’extraction de sable et la fréquentation touristique. Espace naturel départemental, le cordon dunaire a pu être reconstitué grâce à la plantation d’oyats et à la pose de ganivelles. Les îles du Perron et Dame-Jouanne sont accessibles à marée basse. Au large, l’île Agot est un refuge d’oiseaux marins.

La pointe de la Garde Guérin.
Propriété du Département d’Ille-et-Vilaine, cette pointe fut longtemps un poste d’observation et de défense. Culminant à 50 mètres au dessus de la mer, elle offre une vue imprenable du Cap Fréhel jusqu’au-delà de Saint-Malo. Abritant deux populations de chauve-souris (grand murin et grand rhinolophe), le site est aujourd’hui protégé par un arrêté préfectoral de protection de biotope. Les sentiers sont bordés d’ajoncs, de prunelliers et de fougères. Les landes et fourrés abritent insectes, reptiles et de nombreux passereaux. Le Département a réalisé un sentier d’interprétation afin de découvrir l’histoire, la faune et la flore de ce site remarquable. Il s’appuie sur une application mobile qui délivre des informations tout au long des 12 étapes du parcours.

Histoire balnéaire. L’engouement pour les bains de mer à la Belle Époque marque le développement de la station balnéaire. Plusieurs hôtels de voyageurs sont construits dès les années 1880 pour accueillir les baigneurs. L’Hôtel des Panoramas à Port-Hue fut l’un des premiers hôtels construits sur la commune. En 1887, le golf est créé sur des terrains attenants. La création au début du XXe s. de la ligne de tramway favorise le développement de la station.

Résultats similaires